Comme la fleur de sel

Comme la fleur de sel

Ils entament, parmi les vagues endormies, une danse où se mélangent les couleurs.
Bientôt mangés par la nuit, les pêcheurs, en apesanteur, tapissent la mer de douceur.
Les barques tanguent et s’emmêlent, brillent au couchant, comme la fleur de sel.
Croquant dans la nuit des pensées sauvages, des récifs affleurants, à la mer se mêlent.

À l’aube, accablés par les remous, ils tirent leurs barques à balancier jusqu’aux talus.
À l’abri des palmiers, je vois les palmes se soulever. Rythme lancinant d’un vent décousu.
Sur la plage, on trie la pêche, les premiers rayons lumineux éclairent des yeux lourds.
Plus tard, quelques têtes de poisson traînent, dans l’eau, des gamins sautent et courent.