Les sens ÚpicÚs

LES SENS ÉPICÉS

L’équilibriste observe la vie trépidante, d’une étonnante course aux étoiles.
D’un monde inondé par de perpétuelles quêtes de stars, de vent dans les voiles.
J’ai déjà entendu murmurer les voix, sans ambages, au plus profond de moi, à la fin de l’été.
Elles avaient le goût sucré d’une pluie chaude, avant l’orage, pieds nus, sur les voies ferrées.
Je sais que mes racines ont plongé sans retenue près de l’arbre de bodhi.

J’ai découvert l’existence un soir d’hiver, comme ceux qui filent à Pondichéry.
Emportant seulement dans ma hotte, les émanations d’un monde aux sens épicés,
Ne pensant à rien d’autre qu’au souffle du vent, j’ai marché sans finalité.