Braises orangées

La folle circulation danse comme un long serpent.
Elle s’entoure le long de la muraille aux ocres ardentes.
La lumière rasante du soir fait s’embraser les remparts,
Impassibles, comme de vieux sages.
Je perçois l’écho chaud de la médina qui résonne.
Orange, comme le soleil du soir qui flamboie.
Brûlant, comme le vent qui transporte mes souvenirs.
Rempli de sable antique qui grise mon esprit.